Le lipoedème (lipohypertrohpia dolorosa) est une maladie chronique et principalement progressive chez la femme, qui se caractérise par un trouble de la distribution des graisses. Cela est dû à une augmentation circonscrite et symétrique de la graisse sous-cutanée, principalement dans les membres inférieurs et 30% dans les membres supérieurs.

Dans le lipœdème, les cellules graisseuses du tissu adipeux sous-cutané sont anormalement élargies et déformées. En même temps, il y a une obstruction du drainage lymphatique. Une augmentation du liquide pénètre dans les espaces entre les cellules. Cela provoque une accumulation d'eau, ce que l'on appelle un œdème. Le résultat est une douleur intense.

De plus, il existe une tendance aux hématomes après un traumatisme mineur et une sensibilité marquée au toucher. Au stade avancé, un œdème lymphostatique peut également se développer (lipo-lymphœdème).

La maladie ne survient que chez les femmes; chez l'homme, des modifications typiques du lipœdème n'ont été décrites que dans le cas de troubles hormonaux prononcés tels que l'hypogonadisme, la cirrhose hépatique éthyltoxique ou après un traitement hormonal dans le cadre de maladies tumorales.

Lipödem - Stadium 1
Lipödem - Stadium 2
Lipödem - Stadium 3

Le lipœdème commence généralement après la puberté ou la grossesse; il peut également se manifester au cours des dernières décennies de la vie. Le pic de fréquence se situe entre la 3e et la 4e décennie de vie.

En moyenne, environ une femme sur dix est touchée.

Si la maladie progresse, il y a une détérioration massive de l'apparence avec des conséquences telles que des problèmes articulaires, un eczéma douloureux dû au frottement de la peau ou la formation de genoux qui se touchent en raison des cuisses larges. En plus des problèmes médicaux, les personnes touchées souffrent également psychologiquement de leur apparence.

Les causes du développement du lipœdème ne sont toujours pas claires, mais des recherches sont menées depuis de nombreuses années. On suppose actuellement qu'il existe un composant héréditaire, c'est-à-dire que le lipœdème est génétiquement déterminé et que les changements hormonaux favorisent les soi-disant rechutes.
Sources: Directives S1 de la Société allemande de phlébologie et de radiodiffusion bavaroise